Un sac de noeuds juridiques
Un sac de noeud juridique
18 juin 2017
traumatisme affectif
Un traumatisme affectif
18 juin 2017
divorce

Un facteur de pauvreté et de précarité

Sur 250 000 séparations chaque années, la garde partagée des enfants représente en moyenne 20% soit 50 000 enfants transbahutés entre deux domiciles.

On juge souvent le divorce, et peut-être parfois assez rapidement, comme une solution sans alternative. Cela dépend évidemment et en premier lieu de la liberté des personnes concernées.

Mais l’Etat ne peut s’immiscer dans les différends familiaux ou personnels, son rôle est d’assurer la préservation du Bien Commun, c’est à dire le bien de tous et de chacun.

Or le divorce a des conséquences dramatiques peu mises en avant, notamment sur le plan économique, pour les personnes concernées en premier lieu. Quelques chiffres font froid dans le dos.

Ainsi, chaque divorce engendre un besoin de 0,7 logements supplémentaires (Etude du Crédit foncier de France publiée en 2006), les enfants perdent en moyenne plus de 15 m² après un divorce (Étude de l’Insee, février 2015), le niveau de vie des femmes chute de 20% après un divorce (Étude de l’Insee, février 2015) ou encore le tiers des familles monoparentales sont aujourd’hui considérées comme pauvres - contre 4,7 % pour les couples (Alternatives économiques, 2008). Cette situation est encore plus dramatique lorsque l’on sait que la France connaît un très large déficit de logements.

En découlent bien naturellement, puisque viennent s’ajouter des déséquilibres affectifs, psychologiques ou sécuritaires, une explosion du budget de l’aide sociale à l’enfance que la France, entre autres choses, a des difficultés à assumer financièrement.

Que l’Etat acte la séparation décidée par des personnes libres est une chose bien normale, qu’il facilite la procédure de divorce et qu’il rende l’engagement toujours moins exigeant pose une sérieuse question tant sur sa responsabilité que sur le sens de sa mission. L’Etat a abandonné l’idée qu’un mariage qui dure est source de bonheur et d’épanouissement aussi bien pour la famille que pour la société.

Le comportement de l’Etat peut être comparé à un témoin de mariage qui constitue une cagnotte le jour du mariage pour payer l’avocat lors du divorce quelques années plus tard.

REUSSIR L'AMOUR

Les AFC ont pour mission de promouvoir la famille et de servir ses intérêts auprès des décideurs et acteurs politiques, économiques et sociaux

Notre réseau de 309 associations locales vient répondre aux besoins des familles là où elles sont et dans leur quotidien.
Rejoignez les AFC maintenant

ADHERER
Soutenez l’action des AFC

DONNER